CONTORSION-menu-fond01.jpg

LA LIBRE EXPRESSION CORPORELLE ET LE VOYAGE DE L'INCONSCIENT - TRANSE OU ENERGIE EN MOUVEMENT

Dernière mise à jour : 14 avr.


la libre expression corporelle

Qu’est-ce que l’expression corporelle ?

Cette notion s’est développée dans les années 70. L’exercice corporel s’est alors différencié du sport, y ajoutant une notion de non-performance. C’est un exercice qui suppose l’évasion et la liberté d’expression du corps. Pour les stages VOYAGE OXYGÈNE, à l’Espace Beaumarchais Ritournelle, l’expression corporelle est une phase d’expression libre du corps, entraînée par l’inconscient.


Quand l’expression corporelle est-elle libre ?

Quand nous sommes en lien direct avec notre étincelle intérieure, lors des séances VOYAGE OXYGÈNE ou MÉDITATION SONORE. Quand le vécu n’est pas organisé et qu’il s’exprime de lui-même par essence. Ou, inversement, quand le vécu est si bien organisé que son cheminement ne s’oriente que vers une seule trajectoire, celle de l’évidence. Dans les deux cas, le laissez-venir ou le laissez-vivre est fondamental pour être libre.


A quelles disciplines académiques emprunte cette pratique ?

L’expression corporelle est un art. Elle appartient au domaine culturel. Bien que l’expression corporelle se distingue du sport, elle peut lui emprunter quelques notions, et inversement, mais elle s’en éloigne parce qu’elle n’est pas argumentée suivant une orchestration, une codification et une structuration propre. En cela, l’expression corporelle est plus proche de la danse. Durant le VOYAGE OXYGÈNE, l’expression corporelle est vaste et ne suggère aucun résultat corporel. Dans le cadre de la MÉDITATION SONORE, elle peut ressembler à un voyage imaginaire, immobile, transposé ou visualisé au fond de son esprit et pleinement vécu dans son cœur.


À quels besoins répond-t-elle ?

À travers l’expression corporelle, nous cherchons à nous exprimer, nous expanser (c’est-à-dire nous fondre dans l’espace et dans le temps pour atteindre une forme de grandissement de nos perceptions et donc de notre conscience), mais aussi nous révéler, parler avec notre corps, parler avec notre cœur, être et le vivre.


Quelles sont les bénéfices de cette pratique ?

Ils sont multiples. L’expression corporelle comme mouvement permet de faire circuler toutes les informations et les fluides dans le corps, et l’expression corporelle comme imagination méditative permet de faire circuler les circuits neuronaux et la plasticité neuronale. D’un côté, elle permettra de créer de l’espace dans le corps, et d’un autre côté, de l’espace dans l’esprit. La circulation des fluides dans le corps va dépendre de la rapidité de circulation de la lymphe, du sang et du champ électromagnétique du corps. D’un point de vue plus philosophique, nous allons pouvoir aspirer être inspiré plus aisément, sans sentir ou percevoir un quelconque blocage dans notre esprit. D’un point de vue psychologique, nous allons ressentir un soulagement, un allègement, un sentiment de liberté.


À qui s’adresse cette pratique ?

Tout public souhaitant vivre sa vie avec expansion ou expression.

Il est parfois question de mettre le corps en mouvements. Comment ?

Par une information proposée, en dialogue : le toucher, le regard, la parole, le son, les intentions « tension-détente », « inspire-expire »… L’inconscient, sollicité par ce dialogue, s’active naturellement en une proposition non-formalisée, et c’est ainsi que nous aboutissons à une libre expression corporelle qui nous échappe, qui arrive d’elle-même. Cela nous permet de nous trouver, de nous reconnaître différemment par rapport à ce que nous aurions pré-imaginé. Nous comprenons que c’est notre inconscient qui parle ! Concrètement, notre esprit part dans un voyage incontrôlé, provoqué par un état favorable de détente ou de relâchement cérébral, comme si nous nous trouvions dans un état sophronique, juste avant de nous endormir. Nous ne savons plus véritablement où est notre corps. Notre cœur et notre inconscient voyagent. Quelque chose nous échappe et pourtant nous sommes toujours là. Le corps est-il en mouvement ? Oui, mais il est possible que ce mouvement soit dans une forme d’immobilité.


Le corps n’est plus considéré comme une seule enveloppe, mais aussi comme un vecteur d’émotion et de créativité. Quelles forces exerce le physique sur le mental, l’esprit ?

D’abord, il faut savoir que le corps contient plusieurs corps imbriqués les uns dans les autres, comme des poupées gigognes. Il y a : le corps émotionnel, le corps mental, le corps physique et le corps éthérique (ce que certains appellent l’aura ou la vapeur du corps). Le corps physique porte tous les corps, dont le corps mental. L’origine de son activité est impulsée par le cerveau. Le corps ne peut rien exercer sur le mental ou l’esprit, mais peut par contre être fatigué ou blessé, et cela a une conséquence sur le mental. Il peut de ce fait agir, mais il agit indirectement.


Faut-il que cette pratique s’exerce en silence ou en musique ?

Le silence n’existe pas véritablement en tant que tel, mais le vide est très pertinent pour la compréhension du tout. Le silence humain permet d’entendre la musique de la vie, comme le voyage de l’esprit, ainsi que la nourriture du rien, baigné dans un tout. Bien sûr qu’il y a du silence dans les séances VOYAGE OXYGÈNE et MÉDITATION SONORE, mais le son porteur (ou le son porté par la voix) va toujours permettre une forme d’élévation du son primordial (ou le premier son de la création), qui va investir le silence. C’est très infime, pratiquement imperceptible à l’oreille, mais quand même présent. Réveiller le son primordial a une incidence directe sur le corps humain, provoquant un relâchement du système nerveux et une relaxation telle, que l’inconscient peut s’exprimer.


A-t-elle des propriétés curatives ? Si oui, lesquelles ?

L’être humain est à la fois évolutif et régressif. Il est dans la dualité, mais il se doit d’être évolutif. Ce sont uniquement les coups durs, les difficultés, qui le font évoluer. Alors, le fait même de vivre est curatif, pour notre âme, pour notre être et pour le monde. Qu’est-ce que la libre expression corporelle peut lui apporter ? La manière dont je la propose va forcément induire une thérapeutique engageant l’individualité de chacun.e selon la façon dont il.elle la recevra, il.elle souhaite évoluer, ce qu’il.elle peut ou non entreprendre dans ce cheminement en fonction de ses objectifs. Le résultat est forcément curatif même s’il n’est pas forcément comme il.elle l’imaginait ou le souhaitait. Il peut y avoir des surprises dans le bon sens du terme. Déjà le fait même d’entamer une démarche pour soi est curatif et c’est important de le dire. Il n’y a pas de méthodologie. Il y a plusieurs méthodologies. Et il y a soi au milieu de ces méthodes.


Y a-t-il une intention mystique derrière la libre expression corporelle, qui fait partie d’une certaine manière des rituels de guérison et de célébration des cultures traditionnelles ?

Le mystère est partout où l’individu est capable de l’identifier. L’expression corporelle peut-être vécu de manière mystique ou simplifiée. Elle peut se nourrir des cultures traditionnelles et/ou des rituels de guérison propres à chacun.e. Les croyances individuelles sont bienvenues, car le vécu est à la base de la révélation individuelle, mais elles ne sont pas induites ni suggérées ni proposées par la méthodologie, qui vise simplement à donner des outils, auxquels chacun.e peut ajouter ses propres croyances.


Quelles énergies peut-elle réveiller, faire circuler ?

L’énergie qui circule le long de la colonne vertébrale, entre le sacrum et le sommet du crâne, voire au-delà. Cette énergie est une sorte de vapeur, une chaleur, produite par la circulation des fluides du corps en mouvement. Plus nous nous sentons libre et plus ces fluides circuleront rapidement et provoqueront une forme de transpirance du corps. L’énergie est ensuite condensée et réveillée au niveau de la colonne vertébrale et provoque des éclairs de conscience jusqu’au cerveau – ce qui peut être nommé dans certaines traditions, cultures ou connaissances, la kundalini.


Quel.s plaisir.s en tire-t-on ?

Force, expansion, libération, lumière : résultantes du bonheur.

Comment fait-on dialoguer le conscient et l’inconscient ?

Il y a plusieurs manières de faire dialoguer le conscient et l’inconscient : se fondre dans l’espace dans la CONTORSION ; s’harmoniser du tout dans le stage CRISTAL D’OR NATIF ; être au plus près de soi vers sa lumière intérieure dans le stage VOIX LUMINESCENCE ORIGINELLE. L’inconscient est aussi bavard que le conscient, mais sa parole n’est pas la même. Comment identifier l’une ou l’autre ? Parfois la parole de l’inconscient ne prend la forme ni d’une image, ni d’un son, ni d’un mot, mais d’une complétude indescriptible que nous pouvons vivre comme un éclair de conscience inattendu, surprenant, qui ne ressemble à rien de ce que nous connaissons et qui peut intervenir pendant ou après une séance. C’est un passage de l’un à l’autre, plus qu’un dialogue, et quelque part c’est dans ce passage que nous pouvons rendre conscient l’inconscient. Nous pouvons nous mettre en état spécifique pour qu’il nous parle ou se révèle, mais aller le chercher peut induire en erreur, le forcer peut-être dangereux. C’est là où le laisser-venir est fondamental pour comprendre comment être à soi-même.


Est-ce qu’il existe en pratique des états de transe ?

Il existe des pratiques pour entrer en état de transe et il existe des transes qui peuvent s’extérioriser naturellement sans aucune pratique. La transe n’a pas de figure. Pour certains, cela va s’exprimer en vécu sourd, par un léger tremblement de paupières, et pour d’autres le vécu peut être spectaculaire, jusqu’à des convulsions, des tremblements intenses. Durant les séances que je propose, les manifestations sont fines et ajustées à chacun.e. Le fait de condenser l’énergie au niveau du centre de la colonne vertébrale va éviter les prises de transe incontrôlables. La volonté n’est pas dans le ressenti démonstratif ou exacerbé mais bien bordé par le cœur, la bienveillance, la délicatesse. Le chamanisme va vers l’expulsion et ça peut devenir spectaculaire. Ce que je propose, c’est d’aller plutôt vers la concentration qui va permettre un grandissement, une élévation. Ce sont des pratiques différentes. Chaque pratique a sa spécificité, sa qualité et son avantage.


Tout le monde peut-il entrer en transe via cette pratique ?

Cela dépend de la quantité de terre que nous avons dans nos corps subtils, qui sont aussi constitués d’eau, de feu et d’air. Les corps subtils sont analogues à ce que certains appellent l’aura. Notre corps est plus vaste que notre enveloppe. Notre corps émane jusqu’à trois mètres autour de nous. Si c’est entendu que l’arbre dialogue avec le Soleil alors l’être humain aussi a sa part d’émanation. La personne qui a le plus de quantité de terre dans ses corps subtils va vivre la transe avec plus de stabilité. Mais comme ce n’est pas l’image qu’elle s’en fait, elle va avoir du mal à croire qu’elle est en train de le vivre. La personne qui a plus d’eau et d’air dans ses corps subtils va s’envoler et partir dans tous les sens plus aisément. La personne qui a plus de feu dans ses corps subtils peut devenir incontrôlable. Et si le feu est associé à la terre, ça peut être très puissant !


Sans ça, l’expérience est-elle complète ?

Oui, parce que l’expérience a pour objectif une complétude et chacun.e est capable de l’atteindre. Parfois il faut du temps et à d’autres moments, nous pouvons accéder à des choses incroyables en un claquement de doigt. Il n’y a pas de méthodologie. Le vécu sera différent d’une personne à une autre. Souvent, l’aboutissement est moins important que la recherche et le cheminement. Le plus précieux est là ! Cheminer…..


Pour en savoir plus : découvrez mon univers juste ici.

30 vues