top of page
CONTORSION-menu-fond01.jpg

Alimentation, Digestion et Belle Souplesse du Corps

Une Alimentation équilibrée et spécifique aide au bon fonctionnement de la Souplesse du corps




La Contorsion bonne digestion en souplesse!


Globalement, la pratique régulière de la Contorsion ou de l’Assouplissement du corps, aide au bon fonctionnement du transit intestinal;

Car elle améliore la circulation des fluides dans le corps. Les fluides circulant mieux, la digestion devient plus rapide.

Certaines figures sont même plus spécifiquement adaptées à l’ amélioration de la Digestion :


Les Torsions :

Permettent de tonifier le système nerveux central.

La circulation dans la colonne, sollicite le système nerveux, qui va à son tour permettre une meilleure circulation des fluides dans le corps. Ceci permet de libérer l’estomac et le côlon.


Digestion et Compréhension :

Concrètement: La digestion est absorption, transformation, discernement, puis assimilation de ce qui est assimilable, et enfin rejet de ce qui ne l’est pas.

 

Nous pouvons alors faire un parallèle dans la compréhension de nos expériences de vie: 

Parce qu’il s’agit de matière et d’eau, la digestion concerne l’assimilation des expériences d’ordre matériel ou émotionnel, évoquant nos difficultés à avaler, digérer, assimiler les situations que nous vivons.

 

Les étapes physiques de la digestion et la lecture brève psychique:


-          L’apport s’effectue par les lèvres, la bouche, les dents, le pharynx, l’œsophage. Par eux se disent l’ouverture, la capacité de recevoir, de mordre, de s’approprier, d’entamer un processus décisionnel, d’investissement, d’action…

-          La transformation par l’estomac, le duodénum, le couple foie/vésicule biliaire, le pancréas, nous parlent de notre capacité à transformer nos expériences afin de les rendre assimilables.

-          L’assimilation à travers l’intestin grêle, la lymphe abdominale et la veine porte, ou il est question d’analyser, de réfléchir et de trier entre ce que nous allons retenir ou rejeter, ainsi que notre capacité de discerner, de faire la part des choses, ceci avec l’aide des enzymes digestifs et aussi de la bile.

-          L’élimination impliquant le gros intestin, avec deux étapes importantes, la première à la jonction entre intestin grêle et gros intestin, près de l’appendicite, la seconde implique sigmoïde, rectum et anus.

 - Enfin, Le côlon évoque notre difficulté à éliminer ce qui désormais doit être, que ce soit nos peurs matérielles qui nous empêchent d’avancer (jonction entre grêle et côlon ou l’appendicite sont souvent impliqués) ou notre difficulté à tourner la page vis-à-vis d’un grief reconnu mais que nous avons du mal à éliminer, et qui touche davantage le rectum. Le côlon nous parle souvent de peurs matérielles, de difficultés avec l’argent.


Les Bases d'une Alimentation sensée pour une bonne Santé Articulaire

 

 

1-  Les ALIMENTS ROUGES

 

Les aliments de couleur rouges, auront tendances à produire de l’acidité dans les articulations :

- Ils produisent du feu.

- Ils augmentent la circulation du feu dans le fluide électro  magnétique du corps 

- Ils provoquent une élimination plus intense de ‘toxiques’  


Ce qui n’est pas favorable dans le cas d’assouplissement :

- car les articulations demandent à être libérer des toxiques  afin de mieux s’articuler

 

Il serait donc préférable d’assimiler des aliments de couleur jaune et vert (dits alcalins), lorsqu’il est souhaité une amélioration de la souplesse, et donc une augmentation de la laxité dans les tissus des articulations.


Cependant, il est bien conseillé d’ingérer des aliments de couleur Jaune, vert, rouge, noir et blanc à proportions égales, dans d’autres cas afin d'obtenir un équilibre immunitaire parfait.

 

2-  Les ALIMENTS et les GROUPES SANGUINS

 

L’histoire de l’humanité peut être retracé comme un récit de survie de l’espèce.

Le premier hominidé recensé daterai de 150 000 avt JC , implanté en Afrique. + souvent proies que prédateurs, cet hominidé se distinguait d’une ruse innée mais peu de force vitale de survie !

 

A mesure que le genre humain a colonisé d’autres régions, il a dû changer d’alimentation et de conditions de vie et des phénomènes d’adaptation se sont produits au sein du système digestif et immunitaire des individus afin de survivre et de prospérer dans leur nouvel environnement.

 

Ces changements se retrouvent au niveau des groupes sanguins qui semblent avoir suivi les grandes étapes du développement humain :

Chaque groupe sanguin possède le message génétique de l’alimentation et du mode de vie de nos ancêtres et bien que nous soyons fort éloignés d’eux, nombre de leurs traits caractéristiques nous affectent encore. Connaître ces prédispositions aide à comprendre une logique des régimes adaptés à chaque groupe sanguin.

 

O – Comme Origine

C’est le groupe sanguin de nos ancêtres Cro magnon soit quatre mille ans avant notre ère. Un homme devenu organisé, dangereux, ayant appris à se défendre dont l’alimentation de base était les protéines apportées par la viande.


Ces chasseurs devenus de plus en plus nombreux se sont étendus sur le territoire de l’Afrique.

Puis il y a eu un bouleversement climatique qui transforma le Sahara en désert et ces peuples ont quittés l’Afrique pour s’installer en Europe puis en Asie.

 

A-  Comme Agriculture

Ce groupe sanguin est apparu en Asie et au Moyen Orient entre 25000 et 15000 ans avant notre ère en réponse aux nouvelles conditions de vie de l’homme, avec le développement de l’agriculture et la domestication des animaux.

Ce qui permit l’établissement de communautés sédentaires et d’habitats permanents.

Tous ces changements d’alimentation (céréales, produits de la Terre…) ont provoqués une mutation du système digestif puis un changement de comportement de l’homme.

 

B -  Comme Barbare

Ce groupe sanguin serai apparu entre 15000 et 10000 ans avant JC sur les hauteurs de l’Himalaya. Il serai la résultante d’une mutation génétique des peuples venant des chaleurs du Sahara et devant s’adapter au climat rude et froid de cette région. C’est le groupe sanguin originaire du Caucase et de la Mongolie avec un accent de nomadisme.

Sa culture fondée sur la capture et la domestication du bétail.

L’alimentation qui en découle est à base de viande et de lait.

 

AB- comme Modernité

Ce groupe sanguin est rare et regroupe 5% de la population mondiale environ. C’est la résultante des invasions barbares consécutives au déclin de l’empire Romain. Début d’apparition vers 900 après JC. Caractéristiques du Groupe A et du groupe B, son système immunitaire est très performant et apte à produire des anticorps spécifiques en cas d’agressions microbiennes.

Il est en revanche relativement prédisposé à certains cancers. C’est un peu le groupe sanguin de la modernité contradictoire qui développe de grande connaissance dans le domaine de la santé et qui détruit totalement son système de protection naturel.

 

 

Prendre en compte, la valeur de son groupe sanguin,

+ l’influence du groupe sanguin de ses parents,

=

peut donner une piste de première réflexion sur l’alimentation de base à suivre.

 

C’est-à-dire :

Style et rythme de vie

Alimentation plutôt protéinée ou céréalière

Anticorps, immunité, Suivant l’origine historique du groupe sanguin

Adaptation du métabolisme à la vie actuelle suivant l’origine du groupe sanguin et son environnement originel.

 

3 -  Les MÉLANGES et le SYSTEME DIGESTIF

 

C’est une base de réflexion de différents nutritionnistes comme la Méthode Montignac.

 

Elle est basée sur la manière dont l’organisme organise la digestion au niveau de l’estomac et la durée de digestion de chaque aliment. Un fruit se digère en 30 mn maximum tandis qu’une viande de bœuf ou de porc se digère en 3h/4h.

 

Idéalement, la digestion doit être rapide :

  • afin que les aliments ne toxifient pas le corps en se putréfiant,

  • afin que la digestion ne fatigue pas trop l’organisme le temps actif de celle ci.

 

Pour expliquer :

Manger des fruits après un repas qui se digère en 3 ou 4 heures revient à :

  • la digestion du fruit crée de l’acidité (par fermentation) qui se dépose sur la digestion des autres aliments, en cours de processus digestifs,

  • la création de brûlures dans l’estomac ou dans la suite des organes digestifs, donnant suite à la résultante de la fermentation

  • ralenti la digestion, créant une fatigue, et augmentant la création de gras saturés.

 

Quelques règles de base en corrélation à cette réflexion basés sur l'incohérence digestives des mélanges :

Ne pas mélanger la viande et le lait,

Ne pas mélanger les produits lipido glucidiques

(viandes et lait, œuf et lait, viande et carotte, viande et patate….),

Bannir le steak haché/frites, le café au lait, le muesli…,

La banane est un fruit différent des autres à manger hors des apports protéinés

La carotte, la betterave, la patate douce, la patate, le maïs, ….sont très sucrés !

Les fruits se mangent en dehors des repas ou 30 mn avant ou 3h après !

 

 

4-  LES INTOLERANCES ALIMENTAIRES

 

Les intolérances alimentaires sont de plus en plus courantes.

Les intolérances alimentaires existent principalement à cause du manque d’enzymes dans les intestins à effectuer la digestion de cet aliment en particulier, et est à la cause de différents critères plus ou moins objectifs:

 

-          Porosité de l’intestin,

-          Flore intestinale manquant d’enzymes ou de probiotiques ou prébiotiques,

-          Système ADN spécifique n’incluant pas ce système de digestion pour des raisons non prouvées par la science,

-          Influence d’éducation dans le bon manger et le bon faire,

-          Influence de nos antériorités diverses, dont les ancêtres, caractérisées par la digestion d’une ancienne maladie,…..

 

Pour éviter le système répétitifs ou durable ou récurant des intolérances, il est conseillé :

 

De manger varié avec une base régulière alimentaire et des très petites quantités d’aliments annexes,

De faire deux bons repas matin et midi et un ou zéro repas léger le soir ,

D’éviter, au plus, les aliments transformés,

De réguler le café, l’alcool et la cigarette en petite quantité,

D’éviter toute forme de sucre trafiqués ou autres,

D’éviter les régimes ou changements alimentaires brusques et brutaux,

De respirer profondément par le nez au moins une fois /Jour,

D’être à l’écoute de son organisme et se faire confiance.

 

 

5 – LES ALIMENTS DE LA LUNE ET DU SOLEIL – Influence des astres

 

La digestion va également subir ou être influencée par le mouvement des astres et spécifiquement de la terre, le soleil et la lune.

 

Les 4 saisons parlent d’elles-mêmes :


Le printemps : semence, germination

L’été : recharge en chaleur, feu, énergie vitale

L’automne : abondance, pluie

L’hiver : sècheresse et introspection intérieur, gelé de la sève


Les saisons vont influencer les aliments produits dans la nature et par cette conséquence les aliments disponibles pour l’être humain. 

 

Chaque organisme ne va pas interagir de la même manière face aux saisons.

Par exemple : un organisme peut avoir besoin de froid l’hiver et un autre organisme de repas chaud à la même saison.

 

Les saisons induisent la prise de conscience des lois de la nature dans le processus d’alimentation :

Respect porté aux éléments de la création,

Juste équilibre envers les éléments de la vie,

 

Si la nature transmet l’énergie et la vitalité aux plantes et aux animaux, il est naturel de cultiver la reconnaissance envers les espèces sacrifiées pour notre survie dans le sens naturel et logique de la hiérarchie de la nature (de fait) et envers l’intelligence qui l’a créé.

 

Apprécier les aliments correspond à un don envers le don lui-même

et peut donner un sens à l’équilibre de la vie et son fonctionnement.

 

Le niveau de conscience de chacun va permettre de développer, peu à peu, l' instinct et l’écoute du corps, afin de répondre aux diverses envies de l’organisme, non régit par le plaisir unique de posséder ,mais bien celui de s’alimenter, celui de la santé appelé pour soi.


 

6 – PRESENTATION DES ASSIETTES, PAYSAGE DU REPAS, …

 

Par le regard et l’attention que l’on porte à nos assiettes ou à la préparation d’un repas devient nécessaire afin de compenser et dépasser les conditions de cultivation et d'élevage des produits assimilés (trop souvent dans de maigres situations vitales).


Ce geste peut se déployer à travers:

  • Décoration de l’assiette,

  • Choix des plats et ustensiles,

  • Amour dans la préparation,

  • Choix des aliments du point de vue personnel et non réglementaire.



7-Les PRODUITS VIVANTS OU MORTS….

 

Il est impératif de prendre conscience que les produits dits ‘morts’ sont un toxique naturel pour l’organisme sécrétant du dioxyde de carbone à entrance et de la putréfaction . Celle ci toxifie directement les articulations et compromettent la souplesse.

 

Cependant ces aliments (dits morts) peuvent produire de l’énergie qui va solliciter la circulation des fluides dans le corps, et va permettre à l’organisme de s’en défendre, et donc d’éliminer plus aisément les toxiques dégagés ?


Que penser?


Chaque personne va à sa guise sentir la nécessité de manger des produits animaux et de ne plus en manger en fonction d’une période de vie, et s’en défendre afin de se l’expliquer (alors que c’est un processus naturel équilibrant), puis d’en ‘re’ manger ultérieurement ?!


Ces décisions sont souvent guidées par l’influence des astres, l’âge et les cycles de vie.

 

Les produits dits ‘vivants’ :


Les produits dits vivants, tels que les graines ou pousses, vont continuer leur mouvement de germination à l’intérieur du corps, produisant et accélérant le système de création renouvelée de celui ci.


Par exemple:

  • Manger du jaune d’œuf est essentiel car dans un jaune d’œuf, il y a toute la vie pour la constitution d’un poussin,

  • Les fruits en maturation ou fin de maturation possèdent en eux toute cette volonté de croissance et sont également moteur dans le système créatif et reproductif (du point de vue des cellules) de l’organisme. 

 

 

Une autre vision de l'alimentation pour une bonne santé psychique dans l'articulation de la vie:




 

1-Nous sommes ce que nous mangeons :


Notre alimentation est au cœur de notre être, et pas seulement du point de vue psychologique.

Elle est en lien à nos états d’âme.  


Amoureux et plus rien ne nourrira + que cet état.

Stressé et on se jette sur le chocolat.

Convocation d’un état proche de l’hypnose et l’alimentation se régule aux besoins véritables.

Il est possible de manger par pulsion, réaction, habitude,  consolation, règles morales ou culturelles ou sociales…….

 

''La forme brute de l’esprit est le corps, et la forme subtile du corps est l’esprit''

 

Le choix de nos aliments, l’attention que nous portons à leur origine, à leur qualité et la façon de les cuisiner témoignent de ce que nous sommes et notre relation au monde


Il n’y a ni ‘’bien’’, ni ‘’mal’’, point de dogme !!!!


La compréhension profonde de ‘’qui’’ nous sommes de ‘’comment’’ nous fonctionnons et quels sont nos besoins aux grés des circonstances vécues, aide à entretenir une harmonie entre notre être et notre alimentation.

 

Le but est d’affûter la sensibilité et de ne pas surcharger le corps.

Les énergies dansent en nous et il ne s’agit pas de vouloir les contrôler mais bien de s’y adapter.

 

2 - Les saveurs sont corrélées à nos organes et possèdent une fonction spécifique :


Foie et Vésicule Biliaire : Acide resserre et rassemble les tissus

Cœur, Estomac et intestins grêles : Amer assèche les hyperréactivités du corps

Rate : Doux humidifie et donne des forces

Poumon, Gros Intestin : Piquant extériorisant

Rein : Salé ramolli et purge

Astringent et Insipide drainent en excès


3 - La quantité ou la variété doit s’adapter avec discernement et agilité à nos cycles et activités et le choix alimentaire peut contribuer à une complétude :


Alimentation sattvique : esprit calme, état d’union et contemplation, amour inconditionnel

Alimentation excitante (gingembre) : état compétitif, vigilance et critique

Alimentation carnée (viande) : Travaux de construction dans la matière (fixité)

Alimentation Laiteuse : Période de métamorphose, transition (enfance, vieillesse)

Le pain : Le Moi


4- Tout est nourriture :

Les mets dans l’assiette

Les gens

Les lieux

Les pensées

Les émotions

Les activités

Ce que nous regardons, écoutons, lisons, sentons,

Les liens que nous tissons avec le vivant……..


5- Cadre :


Pour manger, il est préférable de créer un cadre calme et ne jamais manger sous le coup d’une impulsion !

Manger par le touché (avec les mains) active la libération d’enzymes et prépare le corps à l’assimilation.


6- La nourriture est une possibilité d’éveil :


Notre corps est le reflet de notre intériorité. Il est l’habit dont se revêt notre esprit

Il est possible de choisir des aliments qui vibrent haut et nous tirent vers le haut…

 

 

Conclusion de l'alimentation et une belle souplesse du corps:

 

Les quelques conseils à en extraire

 

-          Le mot d’ordre serait : petites quantités variées !

-          Ecouter le corps et ses variations, en lien avec les cycles de vie, et les planètes, et l’état de notre être,

-          Adapter l’alimentation au rythme de vie, à l’environnement et au groupe sanguin,

-          Être attentif aux intolérances alimentaires variables, 

-          Regarder les aliments préférés ou intolérables dès l’enfance, et prendre en compte ces postulats de regard d’une conscience non influencée par l’éducation globale,

-          Réduire considérablement l’ingestion des sucres,

-          Manger pour la vie et non l’envie et écouter les envies du corps et du cœur,

-          Penser à l’équilibre acido-basique du corps,

-          Boire de l’eau en dehors des repas, non trafiquée par un gout quelconque, et varier les eaux, (l'eau hydrate les tissus, les boissons sont ingérées par le système digestif)

-          Eviter certains mélanges. 



 




16 vues
bottom of page